Connue mondialement pour sa douce saveur aromatique, la vanille de Madagascar tient une place importante sur le plan international. Très utilisée en pâtisserie, en confiserie, en cosmétique et même en médecine, cette épice est très recherchée pour ses nombreuses qualités gustatives aromatiques, ainsi que ses nombreuses propriétés médicinales.

Un kilogramme de vanille nature a plus de valeur qu’un kilogramme d’argent. En effet depuis une décennie, le prix de cette épice tant convoitée ne cesse d’augmenter, et certains experts avaient tiré dernièrement la sonnette d’alarme quant à la nécessité de baisser les prix de l’or noir à l’export, au risque de subir une baisse extrême et subite. Pour la saison 2020, les autorités malgaches ont déjà fixé le prix de la vanille, qui est de 250 dollars FOB le kilogramme. Aussi, pour mieux organiser la filière, une liste des acteurs autorisés à exporter la vanille de Madagascar est dressée annuellement.

Mais comment cette grande île en est-elle arrivée à dominer l’industrie de la vanille sur le plan mondial ?


Il faut savoir que Madagascar n’est pas le pays d’origine de la vanille. En effet, l’orchidée Planifolia dont est issue la vanille de Madagascar vient du golfe du Mexique, où elle a longtemps été cultivée par les Totonaques, établis à l’époque près de la ville actuelle de Veracruz. À l’arrivée des conquistadors espagnols, ces derniers subjugués par le goût d’une boisson à base de cacao, aromatisée à la vanille, décidèrent d’exporter quelques plans de vanille en Europe. C’est à partir de là que la vanille s’est retrouvée à l’île Bourbon (La Réunion), puis dans les autres îles de l’Océan Indien (Madagascar, les Seychelles, l’archipel des Comores, ainsi que l’île Maurice). Cependant, elle s’est mieux développée à Madagascar que dans les îles voisines. Grâce au savoir-faire et à la patience des producteurs malgaches, cette épice est largement cultivée et préparée sur l’île, notamment dans la région de la SAVA, située dans le nord-est du pays. Sa procédure de récolte est extrêmement laborieuse et complexe, d’où le prix élevé de cette épice.

Par ailleurs, parmi les raisons ayant fait que Madagascar domine le monde en matière d’exportation de vanille, on peut citer son climat propice à la culture de cette épice. En effet, il est similaire à celui du Mexique, le berceau de la vanille. La culture de la vanille Planifolia exige un sol bien drainé, riche en matières organiques. Aussi, elle nécessite un climat tropical, avec des températures comprises entre 20 et 30°C et des précipitations atteignant les 2.500 mm annuellement. Aussi, la culture du vanillier se fait sous des altitudes inférieures à 700 mètres, entre 25° de latitude Nord et Sud.

Ensuite, la vanille de Madagascar est prisée pour ses saveurs que tout le monde reconnaît. En plus de sa saveur sucrée, généreuse et crémeuse, elle est parfaite pour presque toutes les spécialités culinaires, même pour les plats salés.


En outre, le procédé de pollinisation de la vanille est entièrement manuel, une technique inventée par un jeune esclave du nom de Edmond Albius. Revenons en arrière pour comprendre l’histoire de cette pollinisation artificielle. À l’époque où la vanille Planifolia a été introduite sur l’île de la Réunion, les plants sont restés infertiles pendant 2 siècles à cause de l’absence de l’abeille Mélipone. C’est alors que Edmond Albius, un adolescent âgé alors de 12 ans, a réussi à féconder la fleur du vanillier, en rapprochant les étamines du stigmate de l’orchidée, afin qu’il y ait du pollen sur chaque pistil. Jusqu’à aujourd’hui, la fécondation se fait de manière artificielle par des ouvriers, sachant qu’ils procèdent à la pollinisation d’un millier de fleurs par jour, environ.

Le marché international de la vanille n’est pas organisé par une bourse. Madagascar, le leader de la vanille, est l’un des pays les mieux organisés, car les autorités malgaches ont établi une sorte de réglementation tarifaire, en plus du contrôle de qualité imposé aux exportateurs.

Ces facteurs ont fait que par le passé, la vanille de Madagascar présentait un excellent rapport qualité/prix, et c’est ce qui lui a permis de s’imposer dans le monde, et ce en dépit de l’évolution négative de la situation depuis 2011. En effet, le prix de la vanille de Madagascar avait atteint les 700 $ US/kilogramme, et ce principalement à cause des catastrophes climatiques, associées à une augmentation de la demande mondiale. La réputation de la vanille malgache, acquise par le passé, a engendré une dépendance sans pareil, et aujourd’hui Madagascar couvre plus de 70% des besoins mondiaux en vanille.

Où acheter une vanille Bourbon de Madagascar de qualité ?

Il est possible d’en acheter auprès des grandes surfaces, toutefois, il faudra vraiment faire attention à sa qualité, sachant que la gousse est souvent sèche, voire cassante, en plus d’être de petite taille. Autrement, il est possible d’en trouver auprès des épiceries fines, ou en ligne, auprès de boutiques spécialisées comme https://vanille-de-madagascar.com/